La zone d’activités du Revolay un projet méconnu des murois?

Temps de lecture : 2 minutes

Le point de vue ‘Au-delà des Mure’

  • La future zone du Revolay de 22 ha sera construite sur un actuel Espace Boisé classé et des terres agricoles à l’entrée nord de St Bonnet à droite en arrivant de Genas (projet initié par la municipalité actuelle)
  • Au-delà des Mure a une vision cohérente du développement économique. Les nouveaux hôtels et restaurants trouvent plutôt leur place à l’entrée ouest de St Bonnet (vers la zone du Chanay). Les nouvelles activités logistiques n’ont plus leur place au centre de St Bonnet. Dans une vision intercommunale, la logistique doit s’implanter à proximité des axes autoroutiers et non proche des habitations.
  • Au-delà des Mure souhaite que la zone du Revolay soit parfaitement intégrée au paysage via une végétalisation des espaces, une architecture soignée, des modes doux et applique le cahier des charges de la CCEL qui impose un standard de qualité pour les zones d’activités.

La ZA du Revolay…..qu’est-ce que c’est?

Où? 

C’est une future zone d’activités initiée par le Maire sortant qui se situera à l’entrée nord de la ville de St Bonnet à droite en arrivant de Genas, où actuellement on trouve des bois et des terres agricoles (futur projet situé entre chemin du Bois Rond, chemin du Couinaret, RD147)

Combien? 

C’est une future zone d’activités qui va être construite sur 22 ha et sur 100 000 m² de surface de plancher  (Orientation d’aménagement programmé -OAP 11- du PLU qui a été votée le 20 février 2020), il est prévu des hôtels, restaurants, très certainement des activités logistiques et de l’activité dans la continuité de la zone industrielle. Pensez-vous que St Bonnet a besoin d’accueillir des nouveaux hôtels et des restaurants à l’entrée nord de la ville?

Qui? 

C’est le groupe Guignard (qui a construit la zone du Chanay) qui réalise cette opération dont l’initiative est 100% privée. Le risque est que le cahier des charges rédigé par la CCEL qui préconise la mise en place de modes doux, végétalisation, homogénéité des constructions ne soit pas appliqué. Seul le nouveau Maire sera le garant de la qualité donnée à ce projet. 

Comment? 

Compte tenu du peu d’arbres sur la zone du Chanay, on peut craindre que la zone du Revolay ne soit pas très qualitative d’un point de vue environnemental, ni même architectural. Il ne faudrait pas que le Revolay soit une pâle copie de la zone industrielle du Bois Rond.

Au-delà des Mure est neutre et n’a pas d’engagements avec le groupe Guignard c’est pourquoi nous serons exigeants sur la qualité architecturale et veillerons à la parfaite intégration du projet dans son site actuel.

Articles sur le même thème

  • Projet Revolay version Guignard Promotion - Abandon

    ZAE Revolay version GUIGNARD Promotion : Le conseil municipal doit se prononcer

    Un permis d’aménager une Zone d’activité économique Le Revolay de 19,8 ha, porté par GUIGNARD PROMOTION :  peut-il être accordé par la commune (signé par le maire) dans de telles conditions ? Nous pensons que NON. Il appartient au Conseil Municipal de se prononcer  avant d’autoriser le lancement d’un tel projet. Les groupes municipaux Au-Delà…

  • Le Revolay - Sagesse ?

    ZAE Revolay : second avis défavorable en mars 2023

    Le rapport remis le 23/03/2023 par le commissaire enquêteur chargé de l’enquête publique complémentaire menée pour le projet Le Revolay du 30/01/2023 au 13/02/2023 conclut à un deuxième « avis défavorable’‘ pour le permis d’aménager présenté. Après un premier avis défavorable en novembre 2021, A2DM considère que ce projet présenté par le promoteur GUIGNARD, doit être…

  • Situation projet Revolay

    Point de situation sur le projet Revolay

    Au-Delà des Mure questionne l’exécutif municipal sur différents sujets. Dans cet article, vous trouverez la question posée, la réponse du Maire, assortie d’un éventuel commentaire d’A2DM. La question posée sur projet Revolay La réponse du Maire Commentaires NON, la CCEL n’a pas été vraiment présente tout le long de la procédure et surtout pas à…

Partager cet article

3 réponses

  1. Bonsoir,

    Les voiries dites principale et secondaire ainsi que les équipements (assainissement, eaux pluviales) sont en principe à la charge du porteur de projet (l’aménageur) privé. L’aménageur doit appliquer un cahier des charges établi par la CCEL, qui fixe les contraintes de réalisation des équipements collectifs.
    Ces équipements d’infrastructures ont vocation, dans le futur, à être rétrocédés à la collectivité territoriale CCEL.

    Cordialement

  2. Bonjour, 22 hectares sur un espace boisé actuel. Cela veut dire ! abattons les arbres, détruisons la nature, moins de terres agricoles et encore, et encore…. et la priorité du seigneur béton arrive…. Mais où va t-on – Arrêtons le massacre. Cette Z.A. pour faire plaisir à qui… à la foule du samedi traînant dans ces magasins qui sont le sauvetage des âmes du clinquant, de l’attirance irrésistible du matérialisme. Cette zone du Chanay est froide, sans attrait… que de la pierre…. Pourquoi n’avoir pas planté plus d’arbres et vivaces. L’oeil doit s’intercaler entre le gris du béton et le vivant qu’est notre nature. Encore des hôtels, restaurants, la concurrence va être rude, gagner sa vie va être impossible. Il est IMPERATIF si l’on construit, de créer un univers OBLIGATOIRE de verdure, de plantes , de fleurs … Prenons exemple sur des communes qui ont réalisé et maintenu des projets d’écologie. A Saint Bonnet de Mure, déjà cette route N.6. aurait dû bénéficier de restructurations importantes tel des arbres le long de la voie….. Voilà mon court article. Que dire !!! Un peu déçue encore d’une nouvelle implantation et si elle se fait, que les acteurs insistent sur cette exigence verte. Pensons à nos enfants et petits enfants afin qu’ils captent le meilleur. cordialement